La boule à neige


J’aime reprendre l’image de la boule à neige pour parler de la sophrologie.

Se déconnecter, ne serait ce que quelques minutes par jours, c’est poser la boule à neige et laisser le paysage réapparaitre, l’horizon se dégager sans intervenir sur les nuages qui passent, les pensées parasites et récurrentes.

Il ne s’agit pas de s’arrêter complètement mais bien de reprendre des forces. Car pendant que vous pensez ne rien faire, le cerveau lui se met en mode par défaut et continue son activité.

Cette découverte du réseau par défaut  de Marcus Raichle, neurologue américain montre que ce mode d’activité qui va de pair avec le réseau exécutif, est précieux : il nous laisse le temps de nous tourner vers nous-même, de trouver des solutions et facilite la consolidation de la mémoire. Quand ce mode par défaut se fragilise et que l’humain est toujours en activité intense, le stress s’installe. La pause, bulle de déconnexion est donc plus que nécessaire, elle est capitale…

Quelques séances de sophrologie permettent cet apprentissage de la déconnexion au jour le jour.