Ralentir pour mieux avancer avec la sophrologie ?


Slow town, Slow food, slow management, slow sex, slow life 

Les mouvements slow se multiplient dans de nombreux pays industrialisés. Anglicisme branché oblige pour qualifier une tendance au ralentissement, une injonction à la pause.
Pourtant, il est parfois bien difficile d’imaginer ralentir, non seulement difficile mais aussi pour beaucoup d’entre nous culpabilisant. La sophrologie peut vous y aider.

Ralentir : ça ne se fait pas ?

Pas le temps de ralentir, les objectifs doivent être atteints!  Ralentir c’est un truc de vieux !  Si imaginer ralentir est déjà problématique, que dire du fait de s’offrir une petite pause au cours de journée ? Est-ce que vous vous imaginez annoncer à vos collègues en tout début d’après-midi que vous partez faire votre sieste ? Et pourtant, aujourd’hui, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des salles de sieste pour les salariés.  Il est même certains pays où il est très très mal vu de ne pas faire la sieste sur le lieu de travail…

Ralentir est nécessaire, voire vital pour la santé humaine. Les animaux le savent bien : jamais vous ne verrez un animal s’activer toute la journée sans faire de pause … bien au contraire ! Il est impossible de suivre un rythme continu car un jour ou l’autre, malheureusement le mécanisme s’enraye.

On oublie, on s’énerve, on arrive pas à prendre les bonnes décisions, on a des conflits, on dort mal …

Savoir prendre le temps de ne rien faire est un art et nombreux sont les livres qui en font l’éloge.

Les découvertes des neurosciences sur l’activité cérébrale le soulignent : même quand on ne fait rien et que l’on se met à rêvasser, le cerveau lui, est en pleine activité, en phase de récupération et de régénération… c’est même une nécessité pour qu’il puisse continuer à fonctionner parfaitement.

La sophrologie peut vous aider à ralentir et à apprendre à faire des pauses en quelques séances… juste prendre le temps de s’arrêter.


crédit photo L.Vandenbroucke