Vivement maintenant


La valse des “vivement

Vivement ce soir, vivement demain, ce week-end, cet été, vivement la retraite …

La liste est longue de nos “vivement” quotidiens. Il est vrai que pour chacun de nous, c’est souvent une source de motivation. Néanmoins, l’objectif atteint, un autre se profile et c’est reparti pour la grande valse des “vivement”.

Quand je reçois quelqu’un pour une séance de sophrologie, je prends le temps d’expliquer que pour quelques minutes, la personne n’aura rien à faire si ce n’est à simplement être présente. Une évidence qui, a priori, semble facile à appliquer. Pourtant, pour certains, s’arrêter et ne rien faire, relève du véritable exploit. Car si le corps se conjugue au présent, l’esprit, lui a souvent la bougeotte et refuse d’arrêter le balancier.  Dans notre société hyper-connectée où il est de rigueur d’avoir un temps d’avance, l’attention à soi-même n’est pas vraiment une pratique naturelle. Cela demande donc un entrainement régulier : ainsi, une seule séance de sophrologie ne suffira pas. On ne devient pas chef d’orchestre en une leçon et déchiffrer sa propre partition nécessite souvent quelques étapes.

Il y a bien longtemps, Spinoza disait déjà que corps et esprit sont une seule et même chose, mais notre culture occidentale ne nous a pas appris cette leçon-là, bien au contraire. Considérer le corps comme un simple véhicule et ignorer sa connexion permanente avec notre esprit fait encore partie de notre culture ; cet héritage cartésien qui va à l’encontre des pratiques ancestrales des médecines orientales. 

En fait, il s’agirait peut-être simplement de retrouver notre part d’animalité et de prendre exemple sur les animaux. Vous avez rarement vu un chat vous signifier qu’il n’a pas le temps ? Et que dire du singe ou de mon animal fétiche, la girafe !

Oser s’accorder une pause, tourner son regard vers l’intérieur et écouter simplement ce qui se passe peut devenir un véritable voyage initiatique, une synchronisation nécessaire et salutaire qui permet souvent de faire le plein d’énergie.

Mais rassurez-vous, il ne s’agit pas de rester-là, à ne rien faire toute la saint journée, c’est juste le temps de la séance de sophrologie, une petite heure à être dans le “vivement maintenant”.